Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
fr de
Réseaux sociaux - Actualités

Portrait

Robin WEHRLE

Accueiltalente Robin Wehrle
Propos recueillis par Elisa Lanzi,
Service Communication - 25.06.20
Robin WEHRLE
Technico-Commercial
Robin Wehrle, arrivé en 2019 au sein de Transvoirie en qualité de Technico-commercial dresse le bilan de sa première année dans l'entreprise.

Décris-nous en 3 mots ton rôle en tant que technico-commercial chez Transvoirie ? 

Mon rôle est un mixte entre travail commercial ( suivi de portefeuille clients, développement commercial et réponse aux appels d'offres) et technique ( conseils personnalisés pour optimiser la collecte le tri et la valorisation des déchets de nos clients). 

En trois mots : relation client, développement commercial et conseils. 
 
 
Depuis un an, quelles sont tes réussites professionnelles ?

Il y a un an, je travaillais comme commercial dans une autre entreprise et deux personnes de Transvoirie m'ont approché pour intégrer l'équipe commerciale. Je suis allé les rencontrer à l'agence de Bussigny et j'ai eu un excellent feeling. J'ai donc décidé de les rejoindre. En équipe, il y a un environnement de travail très agréable, que je n'ai jamais vu auparavant. On a un très bon contact chez Transvoirie, mais aussi avec nos collègues de Sogetri.
Je suis devenu opérationnel très vite, en commençant à rédiger des offres. J'ai réussi à développer le contrat de gestion de déchets d'une grande enseigne d'ameublement, 30 ouvertures de magasin à l'année, une progression que Transvoirie accompagne. Un autre fait marquant est la prolongation du contrat avec un client historique, Ferring ! J'ai aussi une cinquantaine de clients chantiers.
 
Mon portefeuille clients est composé de 700 références, depuis mon arrivée, la difficulté réside dans le fait de les rencontrer et de nouer une relation avec tous. 

Qu'est-ce que tu préfères dans ton travail ?

Le rapport humain ! Au quotidien, mes journées sont rythmées par les rencontres et les échanges. Cette envie d'être commercial m'a été transmise par mon père, commercial de profession. Je l'ai vu travailler et son travail m'a inspiré.
Ce qui me plaît également c'est que nous apportons des solutions à des problématiques environnementales concrètes. Travailler dans le domaine de la valorisation des déchets et du recyclage permet de faire de l'économie circulaire une réalité. Nous collectons un déchet que nous transformons en nouvelle matière, nous évitons autant que possible son élimination, c'est un métier qui fait sens ! 
Transvoirie_Fevi2019

Qu'est-ce que tu changerais ?

C'est certainement difficile de travailler avec beaucoup d'informations en même temps. Il faut bien s'organiser et prioriser les taches. Je suis en train de revoir ma manière de m'organiser au quotidien, il faut parfois s'arrêter 5 minutes pour réfléchir à l'information. 
 
A mon arrivée, les deux personnes qui m'ont recruté chez Transvoirie ont quitté l'entreprise pour relever d'autres défis professionnels, j'ai commencé en ayant peu d'informations, j'ai donc dû gagner en autonomie rapidement pour parfaire ma connaissance de l'entreprise et du métier. Mes collègues de l'équipe commerciale ont été d'un précieux soutien, ils m'ont bien accueilli et ont facilité mon intégration. 
 

Travailler dans le secteur de l'environnement, a-t-il renforcé tes convictions écologiques ?

Je ne me considère pas comme un écologiste engagé, mais c'est une valeur très importante que je défends. Je fais attention à bien trier, à ma consommation d'énergie et à ma consommation quotidienne, comme notamment limiter l'usage du plastique et du PET.

C'est un sujet que je connais bien, car mon père travaille dans le domaine du recyclage des plastiques. Sciemment, j'ai été attiré par les valeurs de l'écologie, ces valeurs partagées avec ma nouvelle expérience chez Transvoirie ont renforcé mes convictions.  
 

Que fais-tu en dehors de ton travail pour protéger l'environnement ?

J'ai eu la chance de vivre en Australie, dans la première ville non fumeuse du monde. Il est interdit de fumer en dehors de chez soi. A l'époque j'étais fumeur et cela a éveillé ma conscience sur l'évolution de la ville de demain, il faut davantage réfléchir aux conséquences de nos actes.
De manière plus concrète, outre les poubelles bien triées, j'ai changé les radiateurs et la chaudière de mon logement, en installant des radiateurs connectés pour mieux maitriser la consommation d'électricité, ce qui permet d'éviter de chauffer inutilement.     
 

Quel conseil donnerais-tu à toi même, si tu pouvais revenir en arrière d'un an ?

Tout d'abord, je me dirais que j'ai fait le bon choix de rejoindre Transvoirie, je me dirais aussi d'aller un peu moins vite, au début il pouvait m'arriver de brûler des étapes en me précipitant. Autrement, je me donnerais les mêmes conseils que j'ai suivi : bien écouter, prendre les informations à tous les niveaux de l'entreprise, renforcer mon réseau interne pour gagner en compétences métiers, chaque collaborateur a un savoir, l'intelligence collective permet de mieux connaitre nos métiers mais aussi d'améliorer la relation avec nos clients.
 
 
Quelle est ta philosophie de vie ?
 
Le fil conducteur de la vie est qu'il faut apprendre de tout le monde, de personnes de tous horizons, apprendre au quotidien pour améliorer notre expérience de vie. Le jour où je n'apprends plus rien c'est qu'il est temps de faire autre chose, il faut toujours être ouvert d'esprit.

Was gefällt Dir bei Der Arbeit am meisten?

Der menschliche Umgang! Täglich sind meine Tag von Begegnungen und Austausch geprägt. Dieser Wunsch, Handelskaufmann zu werden, wurde von meinem Vater, an mich weitergegeben. Ich habe ihn arbeiten sehen, und seine Arbeit hat mich inspiriert.

Mir gefällt auch die Tatsache, dass wir Lösungen für konkrete Umweltprobleme anbieten. Die Arbeit im Bereich der Abfallverwertung und des Recyclings lässt die Kreislauftwirtschaft Realität werden. Wir sammeln Abfall und wandeln ihn in neues Material um, wobei wir seine Entsorgung so weit wie möglich vermeiden. Es ist eine Arbeit, die Sinn macht!
 
 

Was würdet Du ändern?

Es ist sicherlich schwierig, mit vielen Informationen gleichzeitig zu arbeiten. Man muss sich organisieren und Aufgaben nach Prioritäten ordnen. Ich überprüfe die Art und Weise, wie ich mich täglich organisiere. Manchmal muss ich für 5 Minuten innehalten, um über die Informationen nachzudenken.

Als ich ankam, verliessen die beiden Personen, die mich bei Transvoirie rekrutiert hatten, das Unternehmen, um sich anderen beruflichen Herausforderungen zu stellen. Ich begann mit wenig Informationen, so dass ich schnell an Autonomie gewinnen musste, um meine Kenntnisse über das Unternehmen und das Geschäft zu perfektionieren. Meine Kollegen im Verkaufsteam waren von unschätzbarer Unterstützung, si hiessen mich willkommen und erleichterten Integration. 
 

Hat die Arbeit im Umweltsektor die ökologischen Überzeugungen gestärkt oder mehr ökologische Überzeugungen gegeben?

Ich halte mich nicht für einen engagierten Umweltschützer, aber es ist ein sehr wichtiger Wert, den ich verteidige. Ich achte darauf, meinen Abfall richtig zu sortieren, sorgsam mit meinem Energieverbrauch umzugehen und vor allem die Verwendung von Plastik und PET einzuschränken.

Das ist ein Thema, das ich gut kenne, da mein Vater auf dem Gebiet des Kunststoffrecyclings arbeitet. Ich fühlte mich bewusst von den Werten der Ökologie angezogen, und diese gemeinsamen Werte sowie meine neue Erfahrung bei Transvoirie haben meine Überzeugungen gestärkt.