Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
fr de
Réseaux sociaux - Actualités

Portrait
Rachid

Accueiltalent rachid
Aide-Voirie
chez Transvoirie

Rachid

Rachid, aide-voirie pour les communes d’Epalinges et du Mont-sur-Lausanne.

Vous avez intégré l’entreprise récemment, parlez-moi de votre métier

J’ai commencé début 2016 en tant que temporaire, quelques jours par semaine, puis j’ai signé mon contrat fixe avec Transvoirie le 1er novembre. Je suis aide-voirie pour les communes d’Epalinges et du Mont-sur-Lausanne, je ramasse les ordures ménagères et les déchets.


Parlez-moi de vos relations avec vos collègues ?

Je travaille tous les jours avec le même équipage composé d’un chauffeur et d’un autre aide voirie. Nous partageons tout : les tâches difficiles, les repas, nous vivons ensemble. Nous nous respectons et sommes très proches. Notre chauffeur Armindo (M. Rocha Landim) descend toujours du camion pour nous aider lorsque les sacs sont trop lourds. Nous avons de nombreux contacts avec le bureau, le diponent, Thomas (M. Métrailler) principalement. Nous échangeons toutes les informations qui permettent d’organiser le travail, de régler les problèmes et d’informer les clients. Il est toujours là pour nous, communique parfaitement les informations et prends en compte nos demandes.

Le plus difficile dans votre métier ?

Les déchets verts car souvent de la terre est mélangée et les sacs sont très lourds. Les odeurs parfois qui nous tournent la tête et donnent la nausée.


Les qualités pour faire ce travail ?

Ce n’est pas qu’un travail physique, il faut réfléchir pour optimiser les tournées, pour signaler des déchets mal triés ou avec des sacs non adaptés. Rester calme envers les automobilistes pressés mais je sais faire les signes de la main pour leur demander d’attendre, nous excuser et les remercier. Ramasser le dernier papier qui traine après le ramassage.


Vous vous levez tôt ?

A 4h30 pour prendre le train de 5h. Je mets 45 mn, mon travail commence à 6h30. Il n’y a pas d’autres horaires possible, heureusement, je vais bientôt avoir mon permis et je gagnerai un peu de sommeil.
Le soir, c’est douche, télé et repos.

Parlez-vous de votre métier avec vos proches, avec votre famille ? Que ressentez-vous ?

Oui bien sûr, j’en parle, je fais un bon métier, je nourris ma famille, je suis fier de faire ce travail. Mon père a été aide voirie, mon petit frère est aide voirie, c’est une histoire de famille.
Cette année notre équipage a reçu 45 cartes postales de remerciement de la part de particuliers. Je les garde dans mon casier.


Comment êtes-vous arrivés en Suisse ?

J’ai grandi au Maroc mais ai toujours voulu vivre à l’étranger. J’ai beaucoup voyagé : Canada, Etats Unis, Italie, Belgique, Espagne, France, Pays Bas. Sans papier et en container. J’ai fait plein de petits boulots, je parle italien, français, parle et écris l’arabe classique car j’ai fait des études au Maroc et je comprends toutes les langues arabes, j’ai même été traducteur pour les services de l’immigration.
Puis j’ai rencontré ma femme, trouvé un travail, nous fondons une famille, j’ai réussi mon plus beau rêve d’enfant.


Comment imaginez-vous la suite de votre carrière ?

J’ai un projet en tête : je vais passer mon permis voiture et je devrai attendre 3 ans avant de pouvoir passer mon permis poids lourd. Durant ce laps de temps, j’ai prévu de travailler la théorie et dans 3 ans je pourrai devenir chauffeur.