Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
fr de
Réseaux sociaux - Actualités

Portrait
Alberto Lopes

Accueiltalent alberto lopes
Propos recueillis par Mike Sebaut,
Service Communication - 26.02.16
Machiniste
chez Sogetri, Tolochenaz

Alberto, 48 ans

Alberto fête en 2016 ses 10 ans au sein de Sogetri, retour en quelques lignes sur son métier.

En quoi consiste votre métier ?

Je suis machiniste pour le centre de tri de Tolochenaz, mon travail consiste à prendre les déchets, les trier puis les conditionner afin qu’ils soient réexpédiés vers les filières de recyclage.
Nous prenons en charge tous types de déchets, mais surtout du bois et des déchets en vrac sur Tolochenaz! Je casse ce bois à l’aide d’une pelle de tri et je le conditionne de manière à ce qu’il soit transporté en grands volumes vers les filières de recyclage. Les incinérables en revanche quittent le centre à destination de l’usine d’incinération après que nous en ayons retiré les matières valorisables.

Comment se déroule une journée type ?

Je commence le travail dès 07h le matin, on réceptionne les premiers déchets, on trie et on charge les déchets conditionnés dans les camions pour qu’ils soient expédiés vers les filières de traitement, les déchets arrivent en continu pendant la journée.
Entre 12h et 13h nous marquons une pause puis nous travaillons jusqu’à 17H, ce sont de bonnes journées, on n’a pas le temps de s’ennuyer !


Depuis combien de temps travaillez-vous chez Sogetri ?

Cela fait 10 ans maintenant !

« Auparavant, j’ai occupé plusieurs fonctions, de la maçonnerie à la conduite d’engins de tout genre, j’ai tout fait ! »

Comment êtes-vous arrivé chez Sogetri ?

Mon ancien employeur a dû réduire ses effectifs, j’ai dû trouver un nouveau poste, je connaissais l’ancien responsable du centre de tri, j’ai postulé et j’ai été embauché en tant que machiniste. Je manipulais une pelle & chargeuse mais je n’avais pas de permis, l’entreprise a financé la formation et j’ai pu avoir mon permis de machiniste pour officier en bon professionnel.
« Cela fait maintenant longtemps que je manipule une chargeuse et que je suis amené à réaliser des travaux avec la pelle, on peut dire que je m’y connais … » !


Quelles innovations pourraient améliorer vos conditions de travail ?

Je ne vois pas… J’ai le matériel qu’il faut ! La chargeuse me permet de faire mon travail correctement. Si la direction pouvait nous faire un cadeau, ce serait sans hésiter une nouvelle chargeuse !


Etes-vous seul dans votre travail ?

Non, je ne suis pas seul, je travaille avec Raphael, on est complémentaire, il a pour mission de vider et nettoyer les containers mais également de trier manuellement la part de déchets que je ne peux traiter à la machine. Il veille également à la propreté du centre, c’est un peu l’homme à tout faire et je dois reconnaitre qu’il est débrouillard. Tous les deux nous faisons en sorte d’être efficaces et de gérer au mieux les déchets qui arrivent sur le centre de tri.


Qu'est-ce qui vous plait dans votre travail ?

J’aime piloter ma machine, même si ça fait bien longtemps que je la manipule… J’aime également entretenir mon outil de travail, l’efficacité et la longévité de la chargeuse dépendent du soin que j’apporte à l’entretien de cette dernière.

« Par ailleurs, nous formons une belle équipe, y compris dans nos rapports avec les chauffeurs de Transvoirie Vaud qui pour certains sont des collègues de longue date, et ça c’est important. »

Qu'est-ce qui vous déplait dans votre travail ?

Le stress lors des grosses journées ! on se retrouve vite surchargé dès qu’on a beaucoup de déchets à traiter, il faut faire vite, trier, charger les camions et faire en sorte que nos clients puissent déverser leurs déchets sans attendre trop longtemps. On arrive toujours à s’en sortir même lors des coups de bourre.


Avez-vous un supérieur hiérarchique ? Quel est son rôle par rapport à vous ?

Oui c’est Bernard Dubrez, ça se passe très bien, je connais mon travail alors je n’ai pas besoin qu’il soit derrière moi 24/24H. Nous avons appris à nous connaitre et il y a une confiance réciproque, il peut donc se consacrer aux tâches qui lui sont confiées et dans le même temps, le travail sur le chantier est effectué ! C’est comme ça qu’on avance le mieux.


Quels diplômes et qualités sont requis pour devenir machiniste ?

Un permis de machiniste est nécessaire. Il faut avoir envie d’apprendre et surtout être motivé pour exercer ce métier ! La rigueur et la concentration sont aussi essentielles. Pour résumer il faut être consciencieux, travailleur et ne pas rechigner à la tâche.