Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
fr de
Réseaux sociaux - Actualités

Aide
Voirie

Accueilaide voirie

Aide-voirie, ripeur, comment se passe une journée de travail ?

Ripeur, aide-voirie ou voirieux, quel que soit le nom qu’on leur donne, soulignons les indéniables qualités qu’exige ce métier ardu et méconsidéré. Rappelons que, sur la seule commune de Lancy, grâce à eux, sont récoltés 40 tonnes de déchets tous les jours et 70 tonnes d’objets encombrants tous les mois.
L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. La journée d’un ripeur démarre vers 6h du matin : prendre possession de son véhicule, de vérifier sa conformité avant de commencer les tournées, dès 6h30 du matin.

Il faudra alors faire preuve d’une grande sérénité pour affronter les multiples aléas de la journée, quels que soient les conditions météo, parmi lesquels récupérer les sacs éventrés durant la nuit, slalomer entre les voitures mal garées et éviter les 2 roues ou encore, se rendre invisible aux heures d’entrées et de sorties des écoles, supporter les commentaires irrespectueux de certains automobilistes, qui ne supportent pas d’être bloqués derrière l’équipage.

Un métier exigent

Afin être opérationnel dès l’aube, nos ripeurs ne veilleront pas très tard, leur activité réclamant un repos bien mérité. Ils seront sur pieds pour reprendre au petit matin leur lutte en faveur de la propreté pendant que nous serons encore pour la plupart d’entre nous, attablés bien au chaud.

L’exigence de ce métier est telle, qu’il demande rigueur et engagement de la part de nos voireux, nous tenons à saluer l’immense tache qu’ils accomplissent chaque jour.

Les évolutions de ce métier

Nous espérons une prise de conscience collective pour un meilleur tri à la source, afin de faire évoluer ce métier et minimiser les risques.

Plusieurs évolutions sont envisagées pour ces métiers :

  • Tout d’abord un travail sur la réduction des nuisances sonores et olfactives, pour le plus grand bien de tous.
  • Déployer des collectes la nuit, à l’instar de nombreuses communes à travers le monde. Ceci présente plusieurs avantages : tout d’abord, proposer des horaires de travail plus flexibles. Ensuite, un désencombrement du trafic et une meilleure optimisation de la collecte pour un bilan carbone amélioré. Saviez-vous qu’en moyenne et par an, le temps passé dans les bouchons par nos véhicules de collecte, représente l’occupation d’un véhicule de collecte à 100% ! Enfin, travailler la nuit offre plus de sérénité : l’espace urbain étant moins chargé en véhicules, il y a moins de risques d’accident.

 

Le challenge « Santé, Sécurité et Conduite »

Un challenge « Santé, Sécurité et Conduite » est mis en place, depuis 2015, par Transvoirie. Il concerne des résultats à atteindre, mais également des séances sécurité comprenant des formations, une journée annuelle de la sécurité, des causeries 2 ou 3 fois par an, avant le départ des tournées.

Résultat : 20% d’accidents en moins depuis 2015.
 

Les objectifs ?

  • La santé au travail :
    diminuer les absences aucune absence pendant 6 mois pour maladie
  • La sécurité au travail :
    diminuer les accidents 8 accidents maximum, par semestre, avec arrêt de travail d’au moins 1 jour ;
    100% de participation des collaborateurs aux séances sécurité
  • La conduite des véhicules poids lourds :
    éviter les sinistres aucun sinistre responsable durant l’année. 
En fonction des résultats obtenus, des bons cadeaux/formation sont proposés aux collaborateurs
 

Et à plus long terme…

Nous essayons de proposer des alternatives aux collaborateurs ayant pratiqué des métiers très opérationnels sur une longue durée. Nous étudions également les modalités d’un système de retraite anticipée pour les collaborateurs.