Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
fr de
Réseaux sociaux - Actualités
AccueilMédiaNos actualitésDéchets et digital : vers de nouvelles opportunités
Déchets et digital : vers de nouvelles opportunités

Déchets et digital : vers de nouvelles opportunités

30/08/2017

Déchets et digital : vers de nouvelles opportunités

Loin d’un effet de mode, tous les secteurs d’activité sont concernés par la digitalisation de leurs métiers. Bien que les 2 secteurs puissent sembler lointains, les déchets n’y coupent pas.

Partage de bonnes pratiques

 

La digitalisation : une optimisation opérationnelle

Au sein d’Helvetia Environnement, la société référente en collecte, tri, recyclage et valorisation des déchets en Suisse, la digitalisation a entraîné une amélioration de nos processus. Quelques exemples : 
 
  • amélioration du rendement de la collecte des déchets.

Les tournées sont optimisées grâce aux outils interconnectés de géolocalisation embarquée. Nos logisticiens suivent, analysent et adaptent en temps réel les parcours et les tournées de collecte en fonction des conditions d’exploitation et de circulation. 

  • pour nos clients, facturation au poids 

Les « poubelles intelligentes » sont équipées de système de puçage et nos véhicules de collectes d’un équipement de pesées embarquées. Le producteur de déchets est ainsi facturé en direct en fonction des quantités produites.

  • tracabilité des déchets

L’ensemble des flux de déchets et leurs producteurs jusqu’à la valorisation ou à l’élimination peut être tracé. Un habitant ou une entreprise peut ainsi suivre les données recueillies sur les quantités de déchets collectés : nombre de levées, poids en cas de pesée embarquée.... Les données sont alors traitées. Un outil de reporting permet de mesurer leurs performances de tri et de recyclage.

Une « Ubérisation des déchets » est-elle envisageable ?

Expliquons la forme que pourrait prendre un « Uber du déchet » : il n’aurait ni flotte de véhicules, ni installation de tri. Il se contenterait de mettre en relation les producteurs de déchets avec ceux qui auraient les capacités à les collecter, les trier et les valoriser. Pure fiction ?
Non, nous sommes déjà en train de nous faire “désintermédier”. Des modèles économiques existent déjà. La Suisse, en raison d’un marché des déchets très fragmenté, a pris un retard conséquent.

Des « Uber du déchet » ont déjà réussi des développements importants, notamment Rubicon Global sur le marché nord-américain, plateforme B2B qui met en relation les camions de gestion des déchets et leurs clients - entreprises et particuliers -.

Améliorer l’expérience utilisateur des déchets
Pour Helvetia Environnement, c’est une réelle opportunité business : comment améliorer le service existant, en proposant à ses clients d’accéder plus facilement et plus rapidement à ce dont il a besoin ?

Notre pole développement travaille sur plusieurs applications destinées à l’usage des collectivités et des entreprises, disponibles sur smartphone.

Au menu, en quelques clics : 
  • demande d’enlèvement d’encombrants, 
  • réparation de bacs de collecte, 
  • signaler un problème lors d’une collecte 
  • consulter les jours de levée de son lieu de résidence.

Les pistes à suivre à l’avenir

En mettant en lien plus facilement les acteurs du marché, la digitalisation impulse favorablement l’économie circulaire des déchets. La gestion des ressources et les opportunités de réemploi des déchets entre acteurs peuvent devenir de plus en plus importantes, grâce au partage d’informations. 

C’est une piste que nous suivons de près.